Un avant-goût du Pérou

A Montréal, il y a bientôt 3 ans, on a essayé de me convaincre que la gastronomie du Pérou était la meilleure au monde. Une façon pour un péruvien de provoquer una francesa ? Peut-être… Mais je pourrais avouer aujourd’hui qu’il n’avait pas tort.

gastronomie perou

Le Ceviche

Tout en restant en terre québécoise, j’ai eu l’occasion de découvrir plusieurs spécialités du Pérou, dont mon premier ceviche, LE plat national (que j’apprécie davantage en entrée) : du poisson blanc cru, mariné dans du jus de citron vert, des oignons, de la coriandre et du piment (le fameux a), accompagné de patates douces et de canchitas.
Ah les canchitas… ces grains de maïs grillés et salés : un délice à l’apéritif !

ceviche peruvien

Ceviche maison !

Les boissons péruviennes

Puisqu’on parle d’apéritif, comment ne pas évoquer le Pisco sour : un cocktail fait à partir de pisco (liqueur de raisin), de citron vert, de sucre, de glace pilée, de blanc d’œuf et de quelques gouttes d’Angostura. En boisson non alcoolisée, il y a évidemment l’Inca-Kola, le concurrent du Coca-Cola, à la couleur jaune translucide. Mais ma boisson préférée reste la chicha morada : un jus au goût incomparable, fait à partir de maïs violet, cuit avec de l’ananas, du citron, de la cannelle…

pisco sour

Piscou Sour

inca kola

Inca Kola

chicha morada

Chicha Morada

Les plats péruviens

Peu à peu, j’ai découvert que le Pérou possédait bien plus de plats typiques que la France. La cuisine péruvienne serait même la plus diversifiée au monde avec 491 plats, issus des multiples influences incas, espagnoles, asiatiques… On dit du Pérou qu’il est le grenier du monde, avec des centaines de variétés de pommes de terre, de fruits indigènes et d’espèces de poissons.

Bien souvent, les noms des plats servis dans les restaurants « français » sont une énumération d’ingrédients.
Au Pérou, les plats ont leurs noms originaux :
– Lomo Saltado : émincé de boeuf cuisiné avec tomates, oignon, sauce soja, piment, et servi avec du riz et/ou des frites
– Seco de Carne : ragoût de boeuf en sauce, servi avec riz, haricots blanc, pommes de terre, manioc et oignons rouges
– Ají de Gallina : émincé de volaille dans une sauce au fromage frais et ají
– Jalea de Pescado y Mariscos : friture de poisson et fruits de mer
– Causa Rellena : entrée composée de purée de pommes de terre, d’avocat, et de thon ou poulet à la mayonnaise
– Papa Rellena : pomme de terre farcie de viande hachée et olives
– Papa a la Huancaina : salade de pommes de terre avec sauce au fromage blanc et ají
– Tamales : papillotes à base de poulet et farine de maïs, cuites dans des feuilles de bananier
– Arroz Chaufa : riz agrémenté de poulet, oignon, œuf et poivron
– Anticuchos : brochettes de… cœur de bœuf. Oui, ça surprend, surtout quand vous l’apprenez après en avoir mangé !

anticuchos

Anticuchos

aji de gallina

Ají de Gallina

causa rellena

Causa Rellena

Les desserts péruviens

Lors du festival gastronomique de Montréal consacré aux Saveurs du Pérou et de l’Amérique Latine, j’ai pu goûter quelques gourmandises sucrées… pas assez à mon goût 😉
– Picarones : beignets caramélisés à base de courge et de patate douce
– Helado de Lucuma : glace faite à partir d’un fruit typique des Andes

Une cuisine méconnue mais déjà reconnue

Il faut savoir qu’une vraie révolution culinaire a lieu au Pérou depuis quelques années, initiée par des chefs tels que Gastón Acurio (formé en France… quand même!). Cette tendance cherche à mettre en valeur les produits typiques péruviens, parfois oubliés. Même si la cuisine du Pérou n’est pas encore reconnue par l’Unesco, elle a permis au pays d’être élu « meilleure destination gastronomique au monde » en 2013. EDIT du 11/12 : et aussi en 2014, pour la 3ème année consécutive !

En France, la vague péruvienne commence à arriver et cela n’a pas échappé aux médias :
– Slate.fr : Pourquoi la cuisine péruvienne cartonne
– Arte : Pérou, l’eldorado gastronomique ?
– Le Figaro : Le ceviche, un bon cru à déguster
– 100% Mag : La cuisine péruvienne est-elle la meilleure au monde ?
J’espère juste que ce phénomène soudain ne va pas dénaturer la cuisine traditionnelle de ce pays, la réduire au ceviche, comme la cuisine japonaise a été réduite aux sushis.

Voilà en tout cas un petit aperçu de ce que j’ai pu découvrir de la gastronomie péruvienne, en quelques mois, sans même mettre les pieds au Pérou ! Alors je n’imagine pas toutes les bonnes découvertes à faire sur place (sauf le cuy). Un jour peut-être…

Partagez sur Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someone

2 commentaires

  1. Excellent article et très bon description de la gastronomie Péruvien.
    Bravo pour l’auteur du blog, passionnée pour les repas péruviens et le pisco sour!
    A partager! 🙂

  2. Merci pour le commentaire et pour l’initiation 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *